Voleurs de miel

En ces temps froids, tous les petits animaux sauvages, pourtant bien charmants, mais qui adorent venir dérober le miel de nos abeilles sont entrés en action depuis le début de l’hiver. A chaque fois, il faut que nous allions réparer les dégâts !



Je crois d’ailleurs vous avoir déjà parlé du pic-vert, cet oiseau très beau mais fainéant qui vient percer les ruches précisément à l’endroit où le bois est le plus fin, c’est à dire là ou les hommes du Domaine creusent les poignées qui nous permettent de transporter les ruches. Parfois, des visiteurs me demandent pourquoi nous n’optons pas plutôt pour des ruches en métal. La réponse est simple : le bois est beaucoup plus isolant et je ne pense pas que les abeilles aimeraient le métal. Le pire avec le pic-vert, c’est que même s’il ne parvient pas à percer le ruche, le boucan qu’il fait affole les abeilles qui se mettent alors à consommer beaucoup plus de leurs réserves.


Et puis, il y a aussi le blaireau et la martre, ces autres grands amateurs de miel. Quels gourmands, ils sont capables d’attaquer le bois des ruches à l’aide de leurs puissantes griffes ! Et aussi beaucoup d’autres animaux qui profitent de la relative léthargie des abeilles en hiver pour s’introduire dans les ruches et venir y nicher et s’y nourrir. Par exemple les lézards ou les souris, ou encore ces magnifiques papillons que l’on appelle les sphinx. Ou les mésanges charbonnières.


Il y a même un minuscule insecte, un diptère totalement inoffensif et même très propre, qui s’appelle la braule, qui a une technique bien à elle pour venir chiper du miel. Imaginez un peu, tout cela est diabolique :


D’abord, la braule commence par sauter sur le corps d’une abeille et va près de sa bouche. Alors, elle se met à chatouiller sa monture, ce qui a pour effet de faire sortir un tout petit peu de miel de la bouche de notre abeille. Vous savez, un peu comme si l’on nous chatouillait sous le menton alors que nous avons la bouche pleine de notre boisson favorite. Ou si on nous racontait une bonne histoire drôle ! Il ne reste plus à la voleuse qu’à aller se servir, et le tour est joué. Quelle maline, cette petite braule !


Cela dit, il y a aussi un autre prédateur de l’abeille que nous connaissons tous bien : le frelon. Ce n’est pas en hiver qu’il attaque, mais figurez-vous qu’on vient de m’envoyer un très bon tuyau que je mettrai à exécution dès le printemps. Car le problème, voyez-vous, c’est que l’on peut bien mettre des pièges pour attraper les frelons, cela ne sert à rien si les abeilles elles-mêmes se font prendre aux mêmes pièges, par exemple avec de l’eau sucrée ou du miel. Fini les frelons et fini les abeilles, cela n’aurait pas grand intérêt, n’est-ce pas ? Alors, ce que je viens d’apprendre, c’est que les frelons de toutes races, même les plus gros qui sont de vraies terreurs pour les abeilles, adorent le vin blanc. Or les abeilles, elles, n’aiment pas trop cela. Il suffirait donc de placer des pièges emplis de vin blanc et hop, le tour serait joué. En tout cas, je vais faire l’expérience et vous tiendrai au courant, j’espère simplement que les frelons ne sont pas trop amateurs de grands crus, cela nous coûterait bien cher !!!!



Publié le :  

7 réponses à Voleurs de miel

  1. CAVIGLIOLI NOELLE dit :

    je vais dès le printemps tester votre piège à frelons…merci du tuyau ….

  2. Très interessant votre article « voleurs de miel »

  3. RUIS Christiane dit :

    j’aime beaucoup votre article « voleur de miel », et je vous connais bien, car je suis cliente chez vous depuis déjà longtemps. J’aime les lettres que Marie Cécile écrit, elle me font souvent rire et sont aussi très instructive,,j’aime énormément. Je ne puis commander autant que je voudrais car je suis une grand-mére de près de 80 ans et je n’ai pas de gros moyen,mais j’aime beaucoup vos produits. Merci pour tout et pour la gentillesse qu’il y a dans vos lettres. CHRISTIANE RUIS

  4. RUIS Christiane dit :

    j’aime beaucoup votre article « voleur de miel », et je vous connais bien, car je suis cliente chez vous depuis déjà longtemps. J’aime les lettres que Marie Cécile écrit, elle me font souvent rire et sont aussi très instructive,,j’aime énormément. Je ne puis commander autant que je voudrais car je suis une grand-mére de près de 80 ans et je n’ai pas de gros moyen,mais j’aime beaucoup vos produits. Merci pour tout et pour la gentillesse qu’il y a dans vos lettres. CHRISTIANE RUIS.

  5. LAURENT Roland dit :

    Bonjour

    Et le prédateur le plus féroce est encore l’homme, celui qui ne sait pas faire la différence entre une abeille et une guêpe, la suite vous connaissez…malheureusement.
    Ceci étant votre site est très alléchant et j’ai bien envie d’une cure de gelée royale
    Roland Cordialement

  6. MAINGUY Christiane dit :

    Très heureuse de lire les lettres de Marie-Cécile très régulièrement. C’est ma soeur qui m’a fait connaître le Domaine de Chezelles juste avant de quitter ce monde, l’an dernier. Depuis, je le fais connaître autour de moi. Le Père Noël a même servi quelques paquets complémentaires avec les produits de vos ruches. Mon petit-fils de 3 ans m’a demandé des explications sur les abeilles dont il se méfiait, car « ça pique ». Je me suis convertie pour lui en missionnaire des abeilles, lui expliquant que les abeilles se défendent en piquant, comme un chat peut griffer lorsqu’on l’embête. Il a goûté différents miels de votre coffret « collection » et il est rassuré en me disant : « C’est bon le miel, les abeilles sont gentilles ». Comment lui en dire plus avec les mots adaptés aux enfants. En librairie j’ai trouvé quantité de livres sur les dinosaures, l’espace, l’amour, les voitures, etc. Concernant les abeilles, j’ai très peu trouvé… Je me suis souvenue d’un livre de Gérard et Alain Grée (Casterman) « Petit Tom et son amie l’abeille », qui avait été offert à son papa. Je l’ai retrouvé non pas dans la bibliothèque des enfants car je l’avais rangée dans le rayon « livres de sciences » (voilà pourquoi je ne le trouvais plus… ). Le livre sur l’Abeille de Gallimard jeunesse est très bien fait, mais il n’y a aucune approche « sensible » de la vie d’abeille vers les enfants. Or tous les commentaires de Marie-Cécile pourraient être adaptés pour les petits. J’en suis bien certaine. J’ai bien apprécié aujourd’hui la lecture de votre film des 110 ans. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>