Paris, ville des abeilles

C’est le comble, vous ai-je déjà raconté qu’on produisait plus de miel par ruche à Paris qu’au Domaine Apicole de Chezelles ?!!!

Voici un petit article trouvé sur le site de la mairie de Paris :



« Il semblerait que nos amies les abeilles deviennent citadines : les ruchers sont de plus en plus nombreux dans les jardins de Paris. Saviez-vous que Paris compte près de 300 ruches ?

La ville, un refuge pour les abeilles  

En ville, les températures plus clémentes, la diversité des plantations, les méthodes de culture sans engrais et sans pesticides, la multiplication des espaces verts, les plantations sur les terrasses, bords de fenêtres et cours séduisent les abeilles.
Dans les jardins, les floraisons s’étalent du printemps à l’automne et les abeilles ont de quoi butiner une bonne partie de l’année. Une abeille butine 700 fleurs par jour dans un périmètre de trois kilomètres autour de la ruche. La plupart des végétaux ne peuvent se féconder sans le butinage des abeilles.

Leur rôle est indispensable dans la nature. La présence des abeilles est un signe de bonne santé de notre environnement et leur préservation c’est aussi sauver la planète.  

Les ruchers les plus connus sont au parc Georges Brassens et au jardin du Luxembourg . Mais il en existe de nombreux autres et notamment sur les toits de l’opéra Garnier.


- Rucher Georges Brassens :

 

Inauguré en 1986 dans l’enceinte de ce parc, réalisé sur le site des anciens abattoirs de Vaugirard (15e), le rucher pédagogique accueille environ 4000 élèves parisiens par an. L’enclos, 250 m2 divisé en trois terrasses orientées au sud, est doté d’une quinzaine de ruches. Le fonctionnement du rucher est assuré par une équipe d’apiculteurs et d’apicultrices bénévoles ayant une solide formation apicole.



Les reines et leurs colonies sélectionnées particulièrement pour leur douceur, sont bien adaptées à la cohabitation avec le public du parc et les groupes en visite.
L’aire de butinage des abeilles s’étend au-delà du parc et principalement vers les avenues et boulevards environnants qui, par bonheur, sont plantés d’arbres mellifères : marronniers, acacias, tilleuls, érables, sophoras…
Le rucher ouvre ses portes au public une fois par an lors de la Fête du Miel qui a lieu le premier ou le second week-end du mois d’octobre, permettant ainsi de vendre la récolte.



- Rucher du Luxembourg , une école pour les apiculteurs

 

Dès sa création en 1856 par Henri Hamet, la vocation du rucher école du jardin du Luxembourg a été centrée sur la formation des apiculteurs aux méthodes nouvelles, la sauvegarde des abeilles et la vulgarisation des connaissances scientifiques. La fête du miel, au rucher du jardin du Luxembourg, a lieu chaque année un week-end de la fin du mois de septembre. Vente de miel de l’année, portes ouvertes au rucher, expositions.




 - Rucher de la Maison Paris-Nature  


Créé en 1996, le rucher de la Maison Paris-Nature est situé dans le parc Floral.

Géré par un apiculteur éco-éducateur de la Ville de Paris, ce rucher à vocation pédagogique est visible depuis le Jardin des Papillons les après-midi du 15 mai au 15 octobre.  

Des activités au rucher ou autour d’autres aménagements favorables à la préservation de la biodiversité tels que l’hôtel et la spirale à insectes ou encore la mare, les nichoirs, les murs végétalisés… sont régulièrement proposées aux visiteurs.  

Ils constituent un parcours biodiversité ponctué de panneaux didactiques où chacun peut découvrir la vie de la ruche ainsi que le rôle écologique essentiel d’insectes moins connus comme les abeilles ou les guêpes solitaires. »  

Publié le :  

2 réponses à Paris, ville des abeilles

  1. Paris ville des abeilles. Qui l’eut cru !
    Un métier passionnant que celui de producteur de miel et de gelée royale.

  2. elisehernaez dit :

    Bonjour Monsieur,
    Nos miels ne sont pas chauffés.
    Nous devons faire des analyses de chaque lot récolté bien-sûr, la DGCCRF ne rigole pas avec ca. Nos miels sont d’une pureté inégalée, cela nous a d’ailleurs valu de nombreux prix ! Aucune trace de produit chimique ni autre résidu.
    La Gelée Royale est vendue pure et aussi en gélules ou ampoules. La production de la Gelée est très minutieuse, c’est pour cela qu’elle coute cher ! Nous n’avons pas de si grandes quantités !
    les abeilles meurent en butinant les champs traités en général, c’est là notre grand drame, car notre profession disparait peu à peu sans que personne ne s’en inquiète…C’est bien triste car un monde sans abeille est un monde sans fleurs ni fruits…Je n’ai pas entendu parler de ces coquelcots…
    Merci pour vos question,
    Amitiés,

    Elise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>