Archives de catégorie : Miel et Abeilles

« Miel et abeilles » regroupe tous les articles en lien avec la fabrication du miel et des produits de la ruche par les abeilles.

Grosses floraisons signifient-elles miel abondant ?


A Chezelles, cette année 2015 est excellente pour le miel, d’une qualité assez exceptionnelle. Les floraisons sont nombreuses et abondantes, mais souvent, cela ne signifie pas que la quantité est au rendez-vous. En effet, les très hautes températures ont fortement accéléré les floraisons, qui ont souvent duré bien moins longtemps que dans une année ordinaire. La floraison des tilleuls, par exemple, n’a duré que deux jours en tout et pour tout. Les abeilles n’ont donc pas le temps de ramasser tout le nectar, même si ce dernier est excellent. Floraisons abondantes n’est donc pas forcément gage de quantités de miel élevées !

Publié le :  

Du nectar au miel


Les abeilles pompent le nectar des fleurs et le placent dans leurs jabots, avant de le rapporter à la ruche. Mais comment ce nectar va-t-il se transformer en miel ?


C’est par sa concentration continue, liée à l’évaporation de l’eau, que ce phénomène va se produire. En effet, la butineuse ne va pas déverser le contenu de son jabot directement dans une cellule, elle va le passer à une autre abeille, qui va le passer à une autre abeille, et ainsi de suite, chaque manipulation conduisant l’eau à s’évaporer un peu plus. L’action des enzymes de l’abeille va parachever le travail.

Publié le :  

Pourquoi la gelée royale demeure rare


Les amateurs de produits de la ruche se demandent souvent quelle est la capacité de production de gelée royale des abeilles. Des calculs effectués au Domaine Apicole de Chezelles ont permis de constater qu’elle représente quelques centaines de grammes par ruche et par an, selon la vigueur des colonies et la qualité des floraisons. Un chiffre moyen se situerait aux alentours de 250 à 350 grammes, tout au plus.

Publié le :  

Le secret de la propolis

De la propolis pure à mâcher, recommandée notamment en cas de rhume des foins. (Propolia - Domaine Apicole de Chezelles)


L’un des produits de la ruche les plus demandés au Domaine Apicole de Chezelles est la propolis, qui offre à l’habitat des abeilles ses propriétés antibiotiques et aseptiques.


Elle provient de récoltes de résines diverses comme celles des pins et sapins, mais aussi les peupliers, le bouleau ou le chêne. Lors d’une analyse en laboratoire, on constate en général que la propolis contient un mélange d’une moitié de résine d’arbres et d’un tiers de cire, auxquels s’ajoute une large proportion d’huiles essentielles et d’oligo-éléments, vitamines, flavonoïdes, minéraux…


Publié le :  

Gelée royale : le plus rare des produits de la ruche


Une reine vit en moyenne 40 fois plus longtemps qu’une simple abeille. Son secret ? Une nourriture exclusive à base de gelée royale. Un produit très rare et précieux, récolté à la main par quelques apiculteurs spécialisés.

Une nourriture de renommée exceptionnelle

De couleur blanche à crème, cette substance tant acide que légèrement sucrée est devenue un trésor que beaucoup s’arrachent. La gelée royale est précieuse, tant pour la survie des abeilles que pour les humains qui s’en servent comme fortifiant.

Indispensable au maintien de la colonie, elle constitue la nourriture exclusive des quelques très jeunes abeilles choisies pour devenir reines, ainsi que de la reine de la colonie elle-même, et ce, tout au long de sa vie. La gelée royale est produite par les abeilles ouvrières, nourries de pollen et de nectar, qui la fabriquent à partir de leurs glandes hypopharyngiennes et mandibulaires. On estime qu’il faut plus d’une ruche, soit jusqu’à cinquante mille abeilles, pour produire la gelée royale qu’un seul être humain va consommer pendant une année.

La gelée royale est donc rare et précieuse, car difficile à obtenir. Il n’existe en effet pas de stock ou de réserve au sein de la ruche. Pour pouvoir en récolter, les apiculteurs ont mis au point une technique de collecte par élevage des reines. Ils créent de minuscules nurseries de reines, que les abeilles vont alors nourrir à la gelée royale. Les cadres sont ensuite retirés et la substance convoitée est prélevée par micro-aspiration, cellule par cellule. Placée dans des flacons de verre hermétiques, elle est ensuite conservée au froid dans une atmosphère exempte d’humidité et de lumière.

De nos jours, l’on produit de la gelée royale de haute qualité sur tous les continents, mais toujours en faible quantité. Les pays tropicaux offrent des saisons chaudes plus longues, ce qui autorise une période de récolte prolongée. La conservation, notamment dans les périodes d’après-saison ou d’une saison à l’autre, peut être assurée par une parfaite congélation, garantie d’une hygiène parfaite.

Publié le :